03/08/2008

Les sanctuaires baleiniers

3d1913fa8106df5d5dc0c146b4a2eef3.jpgUn sanctuaire baleinier est une zone ou la chasse commerciale est interdite. A ce jour la CBI ; Commission Baleinière Internationale (l'organisme responsable de la préservation des populations de baleines) a établi deux de ces sanctuaires : celui de l’Océan Austral et celui de l’Océan Indien. Le maintien des sanctuaires est remit en question tous les dix ans. Les propositions répétées pour ajouter l’Atlantique Sud et le Pacifique sud n’ont jamais atteint la majorité de 75% des votes de la CBI pour être acceptés.

Le premier sanctuaire des baleines a été établi par dans l'Antarctique en 1938, au sud du 40° parallèle sud entre les longitudes ouest 70° et 160°. Ce sanctuaire a été maintenu jusqu'en 1955 pour être ouvert ensuite temporairement pendant trois années afin de réduire la pression de la chasse sur les autres zones. Par la suite, en 1979, la CBI a établi le sanctuaire de l’Océan Indien, protégeant ainsi une zone dans laquelle les baleines viennent se reproduire, mettre bas et allaiter leurs petits. 15 ans plus tard, en 1994 la CBI décide la mise en place d’un sanctuaire des mers australes. Celui-ci couvre toutes les eaux entourant l'Antarctique et protège une zone où s'alimentent les trois quarts des baleines de la planète. Seul le Japon s'opposa à la création du sanctuaire de l'Océan Austral. En 2004, la nouvelle coalition anti-sanctuaire échoue à nouveau (25 voix pour et 30 voix contre et deux abstentions). Le japon est alors publiquement accusé d’avoir acheté les voix de pays pauvres par le truchement de l’aide Internationale.

 

« Le Japon continue de chasser la baleine sous des motifs dits scientifiques »

 

Comme les sanctuaires ne s'appliquent qu'à la chasse commerciale, le Japon continue de chasser la baleine sous des motifs dits scientifiques. Il est pourtant notoire que la viande de baleine est légalement vendue sur les étals japonais. L’image internationale du japon souffre beaucoup de sa politique baleinière, la question de la survie des baleines devenant un symbole pour la communauté internationale. Le contournement des règlements internationaux et le massacre de cétacés par le Japon sont perçus comme sournois et cruel par l’opinion publique qui se passionne de plus en plus pour la cause des cétacés. Certains pays comme l’Australie montent au créneau et le problème devient source de heurts diplomatiques. Il est clair aujourd’hui que l’attitude du Japon frise l’entêtement : les gains de leur politique pro chasse sont infinitésimaux au regards des désavantages.

Les sanctuaires baleiniers sont économiquement intéressants et constituent un progrès environnemental. L’activité touristique d’observation des baleines (whalewatching) est génératrice de revenus alternatifs bien supérieurs à ceux de la chasse. Inoubliable , le spectacle des baleines permet la sensibilisation du grand public et encourage donc la protection et la recherche sur les cétacés. Les sanctuaires baleiniers promeuvent l'espoir d'un monde sans chasse baleinière.

01/08/2008

Les résultats des recherches sur une hécatombe de dauphins attendus

Les sonars de prospection de la compagnie Exxon Mobil pourraient être à l'origine de l'échouage et de la mort d'une centaine de dauphins d'Electre début juin 2008 dans la région d'Analalava au nord ouest de Madagascar. Deux chercheurs américains seraient en cours d'enquète. Après deux mois, aucun résultat probant n'a été communiqué... A suivre .

"Des sonars de prospection minière pourraient être à l'origine de la mort de ces cétacés"

 

Drapeau pirate utilisé ici pour symboliser la protection des baleines contre un danger de mortContrairement au célèbre titre, la mer n’est pas « Le monde du silence », en effet, les sons s’y propagent trois fois plus rapidement que dans l’air , sur des distances beaucoup plus grandes. Les éléments naturels y composent une trame sonore complexe que les activités humaines tendent à polluer en rendant les océans de plus en plus bruyants.
Comme la plupart des mammifères marins qui utilisent les sons sous-marins pour s’alimenter, se reproduire, se diriger et socialiser, les dauphins et les baleines à bosse dépendent des sons et la pollution sonore des océans leur est donc extrêmement nuisible. Selon la puissance du son et l’éloignement de la source du bruit les impacts peuvent aller de la simple cessation de vocalisation jusqu’à l'abandon d'habitats, la surdité temporaire ou définitive et la mort de la baleine.
Les sources artificielles de bruits sont diverses : pêcheries, flottes marchandes, activités de forage et de prospection sont parmi celles ci. Les activités militaires font eux aussi grimper le volume dans les océans. Afin de détecter les sous-marins devenus très silencieux, des systèmes de sonars à basses fréquences ont été développés. Ces systèmes produisent de puissants faisceaux sonores (230 décibels à la source) qui se propageant à des centaines de kilomètres à la ronde.

Pour en savoir plus sur les nuisances des sonars, lire le Reportage de CNN : Making Waves.

17/07/2008

Origines de La Commission Baleinière Internationale

La chasse industrielle à la baleine noire nordique date du 11e siècle. Les baleines à bosse et les cachalots devinrent les cibles suivantes de la chasse commerciale. L'huile tirée de leur graisse était largement utilisée, notamment pour l'éclairage. A la fin du 19e siècle, l’invention du moteur à vapeur et du harpon explosif qui amélioraient la vitesse des bateaux et la portée et la précision des tirs s’ajoutèrent à cette sombre liste les baleines bleues et rorquals communs, jusqu’alors trop rapides.

Ces nouvelles technologies et le rendement décroissant des campagnes de chasse dans les océans du nord conduisirent à l’extension des zones de pêche. L’Antarctique, lieu de nourrissage connaissant d’importantes concentrations de baleines, vit naître une chasse à grande échelle et très rentable. Au cours de la première guerre mondiale l’utilisation de l’huile de fanons de baleines dans la fabrication d’explosifs augmenta les débouchés et par conséquent la pression sur les stocks.

 

 « Dés lors, le besoin d’une coopération internationale en vue de la conservation de la ressource devint évident » 


Dés lors, le besoin d’une coopération internationale en vue de la conservation de la « ressource » devint évident. En 1925 la société des nations reconnaît la surexploitation des baleines et la nécessité de réglementer les activités de la chasse à la baleine. Un bureau de statistique est mis en place en 1930 et recense 43 000 prises cette même année. Le même nombre suivra l’année d’après malgré une première convention internationale signée par 22 pays parmi lesquels le Japon et l’Allemagne ne sont pas.

Avec l’extinction annoncée des espèces de grandes baleines, plusieurs pays se réunirent régulièrement dans les années 30 pour tenter de mettre de l’ordre dans l’industrie. Finalement en 1948, entre en vigueur la Convention Internationale pour la Régulation de la Chasse à la Baleine (ICRW) et la Commission Baleinière Internationale (IWC) fut établie comme son organe de direction. Dés 1956, la rencontre annuelle des 22 pays membres de la CBI statuât sur les règlements, zones et quotas de chasse sur la base de 75% des votes.

En 1986, la Commission Baleinière Internationale vote un texte interdisant totalement la pêche de grandes espèces de baleines. La CBI avait émis des recommandations en ce sens dès 1982, demandes qui furent reprises et soutenues par des organisations de défense de l’environnement telles que Greenpeace. Toutefois les principaux pays chassant ces animaux chercheront à contourner l’interdiction pour des raisons de recherches scientifiques, comme le Japon ou l’Islande. Quant à la Norvège, elle refusera d’appliquer le moratoire.

 

Ces dernières années, en reconnaissant les nouvelles menaces pour ces espèces, le consensus des 79 états membres de la CBI a évolué vers une attitude préservatrice au grand dam de quelques pays (Japon, Islande et Norvège) qui tentent de contourner les règlements ou les infléchir par des manœuvres politiques.

 

04/04/2008

Un mollusque contre la chasse à la baleine à bosse

Les recherches du parasitologue Laurent Soulier pourraient être utilisées contre la reprise de la chasse à la baleine à bosse. 

La reconstitution actuelle des stocks de baleines à bosse au delà des 35 000 individus est un argument utilisé par les pays en faveur de la reprise de la chasse à la baleine à bosse comme le Japon. Le cyamidés boopis, un petit mollusque bivalve qui se fixe sur la peau des baleines pourrait leur faire obstacle.

Les populations de baleines à bosse sont traditionnellement divisées en deux groupes qui se rencontrent en zone de nourrissage polaire : celui de l'hémisphère nord et celui de l'hémisphère sud. Or les observations en photo identification tendent à montrer que les baleines à bosse demeurent fidèles à leur lieu exact de naissance pour leur accouplement. Toute leur vie, elles se reproduisent donc uniquement entre individus de la même « meute ». Une campagne de chasse qui tue des dizaines d’individus du groupe de baleines à bosse se reproduisant dans le canal de Sainte-Marie par exemple, empêche la reproduction d’un nombre équivalent de baleines à bosse de sexe opposé la première année. Si les baleines ne se reproduisent que dans leur groupe alors, ce « trou » soudain dans la population des baleines de Sainte-Marie se répercute les années suivantes sans pouvoir se combler, menaçant du même coup le renouvellement générationnel du groupe et menant à l’extinction progressive de la « meute ». Ce qui revient à démontrer que tuer quelques individus d'un microgroupe menace le groupe entier.  

" Quelques baleines tuées menacent la survie du groupe entier "

 

Les parasites s'échangeant entre baleines lors des contacts ayant lieu pendant la reproduction, leur étude permettrait de prouver l'absence de reproduction entre microgroupes de baleines et étaierait cette théorie des microgroupes mettant à mal l’argument Japonais.  

23/01/2008

La reproduction des baleines à bosse.

Il est extrêmement rare d’observer les ébats amoureux des baleines à bosse, l’acte en lui même ayant lieu en toute intimité. L'étape de la séduction est quand à elle tellement ostentatoire qu'il est assez aisé de pouvoir l’apprécier. En effet, une compétition intense a lieu chaque année (de juillet à septembre) entre les mâles dans les eaux du canal de Sainte Marie pour le plus grand plaisir des visiteurs.
Le succès de leur cour repose à la fois sur l’art du chant et sur celui de l’acrobatie. Le premier art (le chant) est utilisé pour charmer la femelle et l’attirer dans la zone active, le second art (l’acrobatie) est une démonstration de force et d'agilité qui souligne la qualité du patrimoine génétique de la bête et intimide les autres prétendants.
La femelle a son mot à dire dans la sélection de son escorte. Si elle n'est pas disposée à s’accoupler ; soit parce qu’elle n'est pas dans sa période fertile, soit parce que le mâle ne lui convient pas, elle pourra échapper à ses courtisans en changeant son comportement de plongée ou se tourner de manière à sortir son ventre de l'eau, de façon à se mettre hors d'atteinte des mâles.

10/01/2008

Vive l'Australie

3955de249f47fd63ba461645e26664b4.jpgComme prévu, l’Australie a envoyé le 8 janvier 2008 le navire « Oceanic Viking » en filature de la flotte de bateaux chasseurs de baleine japonais dans l’Océan antarctique. L’Australie, l’un des plus fervents pays à défendre les baleines, souhaite réunir ainsi des preuves photographiques pour faire condamner le Japon devant les tribunaux internationaux comme la Cour Internationale de Justice de La Haye, et le Tribunal International pour la Loi de la Mer. Un Airbus A319 adapté au vol en basse altitude renforcera l’héroïque dispositif australien.

" Nous ne changerons jamais notre position sur la question"

 

  

Cette année le Japon a annoncé vouloir pêcher 1000 baleines dont 50 baleines à bosse. La pression de la communauté internationale a fort heureusement poussé le Japon à abandonner la chasse à la baleine à bosse. Une chasse commerciale sous couvert de recherche scientifique continue, alors que la viande de baleine est toujours présente sur les étals japonais. «Nous conduisons nos recherches en accord avec les traités internationaux sur la chasse à la baleine, et c’est pourquoi nous ne changerons jamais notre position sur la question», a déclaré un responsable de l’Agence de Pêche du Japon, après le départ du bateau australien.

 

20/06/2007

Manger avec ses moustaches

Les baleines qui sont parmi les plus gros animaux de la planète se nourrissent principalement de petits organismes, comme le zooplancton (des crustacés comme le krill et les copépodes) et de petits poissons (capelan, hareng, lançon, etc.). Les baleines à bosse utilisent leurs fanons comme un piège pour retenir leurs proies.
Le fanon est formé de deux lames cornées verticales entre lesquels se dressent une série de poils très durs. Les poils s’entremêlent avec les fibres intérieures du fanon ce qui forme un filtre à travers lequel l’eau passe facilement à la différence des proies. Les baleines à bosse possèdent plusieurs centaines de fanons qui sont disposés le long de la mâchoire supérieure. Ce sont à ces fanons que les baleines à bosse doivent le nom scientifique de leur groupe: mysticète qui se traduit par "baleine à moustaches".
La baleine à bosse est dotée également de sillons ventraux qui permettent à la peau de s’étirer et donc à la gorge de prendre du volume et d’engouffrer d’importante quantité d’eau et donc de nourriture. Le terme rorqual est un terme norvégien qui signifie d’ailleurs "baleine à pli".

14/06/2007

Le krill

Le mot Krill est d’origine norvégienne et signifie "nourriture de baleine" il désigne plus de 85 espèces de crustacés océaniques appartenant à la famille des euphausiacés. Ces animaux qui vivent en immenses bancs ressemblent à de petites crevettes au corps translucide et majoritairement bioluminescent.
Une dizaine d’espèces seulement d’euphausiacés représente à elle seule l'une des plus importante biomasse du régime alimentaire des vertébrés et constitue ainsi un maillon prédominant de la chaîne alimentaire mondiale. On évalue par exemple que 250 millions de tonnes de krill sont consommées annuellement en Antarctique par les populations actuelles de baleines, d’oiseaux, de poissons et de calmars. Cette réserve est heureusement en renouvellement constant grâce à son taux de reproduction phénoménaux. La femelle Euphausia superba par exemple, pond plus de 10 000 œufs plusieurs fois par saison.
Étant donné leur rôle écologique majeur dans les écosystèmes marins et leur sensibilité aux changements climatiques le krill fait l'objet d’une surveillance accrue. Une convention encadre ainsi la récolte du krill en Antarctique, pour éviter les impacts de l´augmentation des captures de krill dans l´océan Austral sur les populations de baleines, d’oiseaux, de phoques et de poissons qui en dépendent directement pour se nourrir.

07/05/2007

La vue des baleines à bosse

La lumière s’altère lorsque elle pénètre l’eau, avec la profondeur, il fait de plus en plus sombre, elle perd de son intensité et de ses couleurs. Après 10 m de profondeur, la couleur rouge n’est plus visible. Après 20 m de profondeur, c’est d’abord l’orange et le jaune qui disparaissent puis c’est au tour du vert et du bleu, après 30 m seul le violet persiste.

Les baleines sont bien adaptées à voir dans les profondeurs marines. Comme les chats, leurs yeux sont dotés d’une membrane réfléchissante qui amplifie la lumière reçue par leur rétine. Leurs photorécepteurs sont aussi très nombreux et très denses et particulièrement sensibles aux chromatiques bleues qui pénètrent profondément dans l’eau. La pupille des cétacés est aussi extrêmement souple, elle peut rétrécir jusqu’à la taille d’une tète d’épingle et peut focaliser avec précision, de loin comme de près, sous l’eau comme dans l’air.

Voir une baleine à bosse curieuse, vous scruter de son grand oeil est une expérience très intense et inoubliable.

11/04/2007

La baleine à bosse en fiction

Dans le roman Moby Dick, l'auteur Herman Melville décrit la baleine à bosse comme “la plus joueuse et la plus joyeuse de toutes les baleines, brassant l’eau et faisant de l’écume plus que n’importe quelle autre”.

La série StarTrek 4 place l’extinction des baleines à bosse comme l’un des éléments les plus important de l’intrigue. La race des mégaptères y est décrite comme une espèce intelligente mais éteinte au 21e siècle dont la survie est pourtant le seul espoir de sauver la terre de la menace d’extra terrestres menaçants. L’équipage de l’Enterprise doit remonter le temps pour ramener un couple de baleine au 23e siècle.

08:00 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0)

15/03/2007

La naissance d’un baleineau.

Baleine à bosse et son baleineauPar un matin d'hiver austral, après un an de grossesse, à l'abri d’une baie peu profonde de Sainte Marie, une baleine megaptère met au monde un petit. Pour cette mère, l’instant est précieux, il ne se reproduira pas avant au moins trois ans. Une fois sorti, le baleineau respirera sa première bouffée d’air, poussé à la surface par sa mère. Il mesure déjà 4 mètres et pèse plus de 800 kilos. Dans deux semaines, son poids sera doublé, nourrit par l’afflux sous pression des 500 litres de lait maternels quotidiens. L’objectif est de se constituer une couche de graisse et des réserves énergétiques pour effectuer le long voyage de retour vers les mers froides. Entre deux allaitements, le baleineau sera entraîné par sa mère, il apprendra doucement à nager, posé sur son dos. Cet apprentissage durera toute une année pendant laquelle le couple demeurera inséparable.

13/02/2007

Des neurones typiquement humains

Deux chercheurs de New York : Patrick Hof, du service de neuroscience de l'école de médecine du Mont Sinaï et Estel van der Gucht du Consortium de Primatologie Evolutive ont découvert que les baleines possèdent un type de cellules cérébrales observées uniquement à ce jour chez les humains et les grands singes. Cette découverte parue à la fin de l’année 2006 dans "Anatomical Record", revue de l’association américaine des anatomistes, lance l’hypothèse que certains cétacés pourraient avoir connu une évolution parallèle à l’ancêtre de homme.

Appelée neurones en fuseau du fait de leur forme, ces cellules seraient impliquée dans le traitement de nos émotions et en particulier le sentiment amoureux et seraient également essentielles à notre empathie (capacité à ressentir l’émotion d’autres individus) ainsi qu’à nos interaction sociales.

 

« l'existence d'un type neuronal présent uniquement chez l'homme et ses plus proches parents »

 

Selon Patrick Hof, "Il est extrêmement clair pour moi que ce sont des animaux très intelligents. Nous devons être prudent concernant nos interprétations anthropomorphiques sur l'intelligence des baleines. Leur potentiel pour des fonctions cérébrales de haut niveau est clairement démontré au niveau comportemental et est maintenant confirmé par l'existence d'un type neuronal qui était, pensait-on, présent uniquement chez l'homme et ses plus proches parents". "Elles [les baleines] communiquent avec un répertoire énorme de sons, elles reconnaissent leurs propres sons et en font de nouveaux. Elles forment également des coalitions pour réaliser des stratégies de chasse, les apprennent aux individus les plus jeunes et ont un réseau social évolué similaire à celui des humains et des grands singes".

Cette découverte pourrait indiquer que les baleines sont plus intelligentes qu’on ne le pensait et relance le débat sur la légitimité éthique de la chasse baleinière.

29/11/2006

Le Dugong : un animal affectueux, gravement menacé d’extinction

medium_Dugong.jpgConsidéré aujourd’hui comme le mammifère marin le plus menacé, le dugong est à l'origine du mythe des sirènes. Le taux de reproduction bas de l’espèce (un bébé tous les quatre ans), sa sensibilité à la pollution et la destruction progressive de son habitat par l’urbanisation des côtes menacent gravement les populations mondiales qui sont aujourd’hui en chute rapide. Il en resterait moins de 40 000 individus vivant dans les eaux tropicales peu profondes et sauvages de l’Océan indien du Golfe Persique et de l’Australie.

Même s’ils sont rarement aperçus, les dugongs sont encore présents dans les eaux de Sainte Marie : ils sont de couleur claire, mesurent de 2 à 4 mètres et peuvent atteindre 900 kg. Le mâle possède deux petites incisives en forme de défenses. Les dugongs ont le comportement généralement paisible des herbivores : ils peuvent même être très affectueux et joueurs avec l’homme, de nombreux témoignages de plongeurs l’atteste.

Dernier représentant de l'ordre de siréniens avec le Lamentin, le Dugong est un animal que nous devrions protéger en encourageant la mise en place et le financement durable de réserves marines naturelles littorales malgaches où habitent des dugongs.  

11/10/2006

Ouverture du recrutement des ecovolontaires 2007

Vous avez une passion pour la connaissance et la conservation des cétacés ? Devenez écovolontaire.

Chaque année, de juillet à septembre, des écovolontaires viennent apporter leur soutien bénévole pour la protection des baleines à Sainte Marie. 

En participant à des programmes de recherches scientifiques dans un cadre de développement durable, en aidant les scientifiques et chercheurs dans leurs programmes de suivi des populations des mammifères marins, de collecte de données, de biopsies cutanées, et de photo identification. ces ecovolontaires contribuent à la sauvegarde des baleines à bosse. Les séjours durent généralement de un à trois mois pendant lesquels les écovolontaires sont logés et nourris sur place.

Si vous souhaitez devenir écovolontaire et tenter l'aventure choisissez les activités auxquelles vous voulez participer et qui correspond à votre domaine de compétence dans le tableau ci-dessous et envoyez un CV avec photo et une lettre de motivation à l’adresse : j.jacques.bastid@wanadoo. 

Activité Tourisme

  • Sorties en mer avec des touristes
  • Conférences publiques sur le Whalewatching
  • Sensibilisation des touristes          

Profil souhaité : Axé sur la communication et le guidage touristique. Nécessite de la passion du dynamisme, un bon contact oral, une connaissance minimum du milieu marin. La pratique de l’anglais et/ou de l’italien est un plus.

Activité Scientifique           

  • Sorties scientifiques
  • Collecte des données, matching
  • Participation aux études sur le whalewatching à Sainte Marie     

Profil souhaité : De préférence biologiste, scientifique ou vétérinaire.

Activité Communication     

  • Gestion des produits dérivés,
  • Administration : courrier, lettres d’information, fichiers adhérents,
  • Mise à jour du site Internet
  • Organisation du stand au Festival de la Baleine de L’île Sainte Marie (FEBIS)
  • Animations au musée de la ville
  • Animations dans les villages          

Profil souhaité : De formation administrative et organisationnelle, maîtrise des outils informatiques et de communication.      

Les candidats retenus seront convoqués pour un entretien avec les représentant de l'association Megaptera, à Paris, en Février ou Mars. Pour être retenu, il n'est pas nécessaire de faire des études de biologie. La passion pour les mammifères marins, le sens de l’initiative et l'esprit d'équipe sont les critères prépondérants de la sélection. 

Les baleines n'attendent plus que vous !

24/08/2006

Etablir l’âge des baleines par leurs squames

L’âge exact des baleines était jusqu’à présent établi par l’analyse post mortem des dents ou du conduit auditif (dans le cas des espèces à fanons) des cétacés. Daniel Burns, un étudiant australien en doctorat à la Southern Cross University à Lismore (Nouvelle-Galles du Sud), propose une méthode non invasive pour déterminer l’âge des baleines.
La technique se base sur l’analyse génétique de squames ; ces écailles de peau que les baleines rejettent en masse et que l’on voit souvent flotter à la surface lors des expéditions de Whalewatching. L’ADN qu’ils contiennent permet d’étudier les télomères (extrémités de chromosomes qui raccourcissent progressivement avec l’âge chez de nombreux animaux.)
Les premiers résultats obtenus sont encourageants et pourraient permettre de récolter de précieuses informations sur l’état des populations de ces mammifères marins menacés. De surcroît, cette découverte enlèverait un argument au lobby Japonais qui souhaite augmenter la chasse baleinière pour des motifs dits «scientifiques» et l’étendre à deux espèces nouvelles (la baleine à bosse et la baleine franche australe).

19/06/2006

Tokyo obtient un vote en faveur de la pêche à la baleine

medium_harpon.jpgLe Japon et ses alliés ont obtenu pour la première fois depuis plus de 20 ans un vote favorable à la pêche à baleine lors de la réunion annuelle de la Commission baleinière internationale (CBI). Les Etats présents à la réunion ont approuvé à la majorité (33 voix contre 32 et une abstention) une déclaration critiquant le moratoire de 1986 sur la pêche commerciale à la baleine. Le texte adopté estime que l'interdiction de la pêche à la baleine n'est plus nécessaire, accuse les baleines de décimer les poissons et estime que les ONG actives en la matière sont une menace.

"C'est une catastrophe", a réagi Kitty Block de l'organisation Humane Society International après le vote de la CBI, réunie du 16 au 20 juin sur l'île de Saint-Kitts-et-Nevis, dans les Caraïbes. Le Japon s'est conformé au moratoire, mais, avec l'Islande, utilise une faille du texte pour procéder à de la pêche à la baleine à objectif scientifique. Un seul pays, la Norvège, ne tient pas du tout compte du moratoire.

Plus de 25.000 baleines ont été tuées depuis le vote du moratoire en 1982 et son entrée en vigueur quatre ans plus tard. Malgré cela, le Japon, qui estime que certaines espèces de baleine se sont suffisamment reconstituées pour recommencer à être chassées d'une manière raisonnable, souhaite avec ses alliés que la CBI revienne à ce qu'elle était à sa création en 1946, une organisme de régulation de la pêche. Ils ont pour cela encouragé de nouveaux pays en faveur de la pêche à rejoindre la commission dans l'espoir de constituer une majorité contre les protectionnistes. Pour mettre fin au moratoire de 1986, mis en place pour sauver le plus gros animal de la planète de l'extinction, et un retour aux dispositions de 1946, les pro-pêche devront réunir 75% des voix sur un vote.

"C'est le début d'une nouvelle ère pour la CBI", a estimé Joji Morishita, commissaire du Japon à la CBI en ajoutant qu'il ne serait "pas surpris" si on assistait l'an prochain à une campagne effrénée de recrutement pour la CBI dans les deux camps. Rune Frovik, secrétaire du lobby norvégien High North Alliance, a estimé que la victoire était historique tout en reconnaissant que la victoire était pour l'instant symbolique.

Le Japon a toutefois été mis en échec lors de la réunion de cette année sur quatre questions plus importantes ayant précédé la déclaration dite de St. Kitts and Nevis. L'Australie, qui estime que l'observation des baleines est plus lucrative que la chasse, s'est montrée philosophe. "Cela ne veut pas dire grand chose dans la bataille historique entre les pêcheurs de baleine et ceux d'entre nous qui veulent geler le moratoire et interdire pour toujours la pêche commerciale à la baleine", a déclaré ministre australien de l'Environnement, Ian Campbell.

Copyright REUTERS

15/06/2006

5e Festival des Baleines de l’île Sainte-Marie - FEBIS

Le festival aura lieu du 30 août au 3 septembre 2006.

Avec près de 20 000 visiteurs l’édition 2005, avait été un succès. On se souviendra de la bonne organisation de ce précédent festival qui avait vu la présence de grands noms de la scène malgache telles que Jaojaoby le roi du Salegy, de nombreuses animation sportives, un concours de Miss Zagnaharibe, des expéditions baleines pour les enfants de Sainte Marie, des projections, de nombreuses animations festives comme on sait les faire à Nosy Boraha et des soirées animées par de fameux DJ malgaches.medium_affiche_febis_mail_OK.jpg

Le programme de cette année n’étant pas définitif nous nous contentons de vous donner un avant goût et une présentation succinte de l’évènement.

La 5e édition prévoit notamment : une grande soirée d’ouverture avec sons et lumières, des concours sportifs, des circuits touristiques et promenades, une élection de Miss, un espace jeunesse avec des jeux et des activités pour les enfants, des ateliers de formations artistiques, des projections, des conférences de sensibilisation à la protection de l’environnement naturel et des baleines, un carnaval saint marien et de nombreux spectacles avec un grand concert de cloture. L’équipe initiale se renforce d’une chorégraphe et scénographe, et de comédiens de théatre et de cirque.

Les artistes déjà inscrits sont : Bagzana, Jarifa, Tianjama, Hazolahy, Fenofagnahy, Mc Crotal, Backom, Din Rotsaka et Vaiavi Chila... La compagnie l'Aléa des possibles sera aussi de la partie.

Les regroupements annuels de baleines à bosse, la biodiversité exceptionelle de la région et la richesse du patrimoine historique et culturel de Sainte Marie ont motivé les organisateurs du FEBIS à construire au fur et à mesure des éditions successives :
- Une manifestation à vocation culturelle internationale
- Un outil de sensibilisation environnementale
- Ue événement qui contribue au développement touristique et éco-touristique de Madagascar et de l’Océan Indien
- Une manifestation de nature à apporter à la région des retombées socio-économiques sur le long terme

Cette édition du FEBIS-ZAGNAHARIBE s’annonce bien. Venez y nombreux.
Article obtenu avec la collabioration des Hôtels de Sainte-Marie 

11/06/2006

Première baleine de la saison 2006

C'est samedi 10 juin 2006, en fin de journée, à 300 m du ponton de l'hôtel Soanambo que la première baleine de l'année a été aperçue. D'heureux témoins de la scène ont tenté de s'en approcher encore avec un pédalo, en vain. Après quelques souffles, elle a sondé puis on l'a vue naviguer en direction de la grande île proche. 

Des correspondants de la Réunion nous signalent également des passages de baleines dans leurs eaux.

C'est ainsi que la saison de Whalewatching à Sainte-Marie de Madagascar s'ouvre avec cette arrivée précoce ; les premiers groupes de baleines étant habituellement attendus au début du mois de juillet (Cf. Annonce de l'arrivée des baleines de l'année dernière).

08/06/2006

Le sommeil des baleines

Les baleines doivent remonter à la surface pour respirer. Ce mouvement est volontaire, car un relâchement total des muscles aurait pour conséquence l’enfoncement du corps sous la surface de l’eau et la noyade. C’est certainement l’une des raisons pour laquelle les rythmes de sommeil des cétacés n’entrent jamais dans des phases profondes mais restent brefs et légers. Ces détentes physiques se produisent plusieurs fois dans la journée et durent environ un quart d’heure seulement. Le maintien du minimum de réflexe et de tonus musculaire nécessaire à la persistance des fonctions motrices rudimentaires utilisées par la respiration est alors assuré alternativement par chacun des deux hémisphères cérébraux de l’animal. En cas de bruit, la baleine est immédiatement réveillée.

Ainsi, si lors d'un whalewatching vous rencontrez une baleine se maintenant en surface par quelques infimes mouvements des nageoires, essayez de ne pas faire de bruit car son sommeil est léger.

20/05/2006

Les parasites vivant sur la peau des megaptères

La peau des baleines à bosse arbore tout un peuple d’organismes : balanes, poux de baleine ou lamproies, ces animaux vivent en grand nombre sur le paisible géant. Les balanes sont des crustacés à carapace qui se fixent sur la coque des navires ou sur les rochers comme sur la peau des baleines. Ces « coquillages » appelés « chapeau chinois » par les enfants, créent des marques rondes et des taches très reconnaissables sur leurs hôtes. Les poux de baleines sont eux aussi des crustacés qui ressemblent à de petits crabes mesurant de un demi à deux centimètres, muni de quatre pattes en crochets et se logeant dans les recoins du corps des baleines. Enfin, les lamproies sont des poissons carnivores dont la bouche en forme de pommeau de douche est une ventouse munie de petites dents disposées en cercles concentriques qui leur permet de s’attacher et de se nourrir d’autres poissons et de la peau des baleines. Un déparasitage régulier s’impose donc. C’est l’un des avantages des spectaculaires sauts qu’effectuent parfois les baleines et leur permettent de se libérer des parasites grâce à la force de l’impact de l’eau sur leur gigantesque corps.

04/08/2005

Programme du Festival des Baleines FEBIS 2005

Mercredi 17 août 2005 Soirée d’ouverture

21H00 Soirée d’ouverture du FESTIVAL
à la salle des fêtes de la commune urbaine de St Marie,
Présentation des 10 finalistes Miss Zagnaharibe
Buffet (Buffet dansant et projection)

Jeudi 18 Août 2005 Zagnaharibe

09H00 Ouverture des stands – Arrivée des invités
10H00 Arrivée du Carnaval sur le site d’exposition
10H30 Visite des stands
12H00 Discours officiel et cocktail FEBIS
14H00 Présélection Miss Zagnaharibe
14H30 Bingy be – Radio crochet
17H00 GRAND SPECTACLE
Artistes locaux et nationaux, défilé chorégraphié des candidates Miss Zagnaharibe
(Animation festival : Bassessa et salegy)

Vendredi 19 Août 2005 La journée des Flibustiers

09H00 Course pirogues – vélos – bicyclettes
Animations des stands - Bingy be
Disifous - Jeux d’enfants
Épreuves sportives
17H00 GRAND SPECTACLE
Artistes locaux et nationaux, défilé chorégraphiié des candidates Miss Zagnaharibe
(Plateau musique actuelles : Hip Hop Ragga Reggae)

Samedi 20 Août 2005 La journée des anciens

09H00 Divers jeux et visite des baleines
Historique, us et coutumes, traditions de l’île sainte Marie
12H00 Grand repas traditionnel
14H30 Bingy be
17H00 GRAND SPECTACLE : Artistes locaux et nationaux
Finale élection Miss Zagnaharibe
(Animation festival : Deep South)

Dimanche 21 août 2005 Zagnaharibe

10H00 Visite de la baleine « Megaptera »
14H30 Morengy Watcha Bingy be- artistes locaux
18H30 jusqu’à l’aube
FARADOBOKA DES ARTISTES PARTICIPANTS
Avec JAOJOBY et 1 LOVA Sound System

02/08/2005

Le saut de l'année

La semaine dernière, une baleine a réalisé un saut horizontal avec une superbe rotation de 360 degrés à moins de 50 mètres du bateau Norsk. Les passagers en safari photo ont pu admirer le titan qui pivotant en l’air sur l’axe longitudinal de son corps est retombé sur le dos dans un grand fracas d’eau. En exécutant cette figure très rare, avec ses longues nageoires déployées, le géant a semblé une immense hélice fusant. Nul doute qu’avec une telle énergie, ce champion de 15 mètres, ne trouve sa compagne.

Rappelons que le Norsk qui est à Sainte Marie depuis maintenant un mois pour le whalewatching est un magnifique navire de standing à double pont. Il restera dans les eaux de l’île jardin après la saison des baleines pour le plaisir des amateurs de pèche sportive (détails sur http://www.hsm.mg/bateaux.htm)

19/07/2005

Le Japon aurait acheté des voix

Le Japon continue toujours de tuer des baleines sous un prétexte scientifique. D’anciens responsables de pays concernés affirment de surcroît que le Japon fourni de l’aide à des pays en développement pour obtenir leur soutien à la levée de l'interdiction de la chasse à la baleine à des fins commerciales. Trois de ces pays concernés sont les îles Salomon, la République Dominicaine et Grenade. L’un de ces responsables est Atherton Martin qui dit avoir démissionné de son poste de ministre dominicain de l’environnement en 2000 pour protester contre cette pression. Le Japon dément avoir tenté d’influer les votes. La dernière réunion de la Commission Baleinière Internationale (CBI) a heureusement vu le rejet des motions pour la reprise de la chasse commerciale et pour le vote à bulletin secret mais ces révélations semblent confirmer que des tractations politiques sont menées pour que cette chasse reprenne. Nos chères baleines demeurent en danger.

12/07/2005

Les baleines sont bien arrivées !

C'est avec un grand plaisir que nous avons vu les premiers souffles de la saison 2005 le vendredi 24 juin dernier. La nouvelle de ce premier groupe de baleines composé de quatre adultes et d'un baleineau a été accueillie avec joie par la population et les visiteurs de l'île de Sainte Marie. A présent elles se regroupent en nombre dans le canal séparant l’île Sainte Marie de Madagascar. Ces derniers jours, c’est de nombreuses fois que le sonneur de conque marine du Masoandro Lodge, perché sur un rocher, a sonné pour signaler un groupe de baleine à l’horizon.

De manière générale, les baleines à bosse arrivent dans les eaux malgaches par vagues successives. Les premières arrivées sont habituellement des femelles accompagnées de leur baleineau né l’année précédente et en cours de sevrage. Arrivent ensuite, les baleines immatures, individus encore trop jeunes pour se reproduire. Puis, c'est le tour des mâles reproducteurs et des femelles en repos de cycle. Enfin, apparaîtront à la dernière semaine de juillet, avec près d'un mois de retard sur les premières arrivées, les baleines femelles gravides tant attendues par les mâles reproducteurs qui tenteront de les séduire par d'impressionnants sauts acrobatiques hors de l’eau.

25/05/2005

Chasse à la baleine: Le gouvernement australien entre en croisade contre la volonté japonaise.

On attendait une action diplomatique contre le projet Nippon d'augmenter ses tueries de baleines, là voici enfin.

Ian Campbell, ministre australien de l'Environnement, a juré de lutter jusqu’au bout contre l’accroissement des prises de baleine par le Japon. La promesse fait suite à un courrier particulièrement virulent de John Howard, le premier ministre australien à son homologue japonais Junichiro Koizumi dans lequel ont été une nouvelle fois mis en doute les raisons scientifiques avancées par le Japon pour justifier sa chasse aux cétacés. Cette lettre, rédigée en terme « exceptionnellement forts » montre la détermination de Camberra dans la lutte contre les massacres japonais de baleines. Le premier ministre australien a ajouté le que le grand nombre d’eco touristes baleiniers représente « la preuve évidente du grand intérêt public dans le bien être des baleines et qu'une inquiétude considérable du public peut être attendue, pas seulement en Australie mais sur l'ensemble de la planète, si la chasse à la baleine était intensifiée ».

La chasse commerciale à la baleine, que le Japon mène sous couvert de fins "scientifiques", fait régulièrement l’objet de condamnations internationales. Pourtant, un directeur adjoint à l'Agence nippone des pêches a assuré que la "position (du Japon) sur la chasse à la baleine à des fins scientifiques ne changera pas simplement parce qu'il y a des pressions étrangères". Il a ajouté que "La chasse à la baleine fait partie de la culture japonaise". Tokyo a l'intention de presque doubler ses prises de baleines de Minke, actuellement de 440 par an, et de pêcher des baleines de plus grande taille, les rorquals communs et les baleines à bosses qui sont des espèces menacées.

Selon les experts, "le projet japonais est irresponsable et pourrait compromettre l'augmentation des populations et même conduire à la diminution de leurs faibles effectifs". Le sujet sera au centre des discussions de la prochaine réunion annuelle de la Commission Baleinière Internationale (CBI), qui se tiendra en Corée du Sud du 20 au 24 juin 2005.

22/04/2005

Cette année, le festival des baleines de Sainte Marie aura lieu du 18 au 21 août 2005

Désiré Tsivatou, maire de la commune urbaine de Sainte Marie annonce que la quatrième édition du Febis ou Festival des Baleines de l'île Sainte Marie se tiendra du jeudi 18 au dimanche 21 Août 2005.

Au programme de la fête sont prévus des concerts de grands groupes, des spectacles traditionnels comme ceux de "morengy" ; la lutte traditionnelle malgache ou encore des corridas "tolon'omby", au cours desquelles de jeunes intrépides montrent leur bravoure en s'accrochant le plus longtemps possible à la bosse d'un zébu male. Les classiques courses de pirogue, mats de cocagne et autres concours sportifs seront aussi de la partie. Enfin, les baleines, principales instigatrices de l'évènement, seront visitées et les sorties bateau mises à la portée de toutes les bourses afin que chacun puisse se rendre compte de l'immense richesse que constitue la migration des baleines dans les eaux bénies de Sainte Marie.

Les places d'avion pour Sainte Marie sont plutôt rares de juillet à Septembre pendant la saison des baleines et plus particulièrement pendant la période du festival, renseignez vous auprès de votre agence de voyage habituelle ou auprès de l'agence Tina Voyages qui dispose parfois d'allotements.
Tél : + 261 (20) 22 603 68 ou 69.
Email : tinavoyages@wanadoo.fr

20/04/2005

Le site Baleines de Madagascar s'allie à celui des hôtels HSM de Sainte Marie

Safari photo Baleine à Sainte Marie de MadagascarLe site Baleines de Madagascar s'allie avec celui des Hôtels de Sainte Marie pour promouvoir l'ecotourisme baleinier comme alternative internationale à la chasse des baleines. La saison de "whale watching" y débute chaque année à la mi-juillet pour se terminer aux alentours de la fin septembre. Pendant cette période, les baleines à bosses (Megaptera novaeangliae) se retrouvent en grand nombre dans le canal séparant l'île de Sainte Marie (Nosy Boraha) de la grande Terre de Madagascar pour convoler, mettre bas et élever leur progéniture. Le spectacle acrobatique des mâles et celui des femelles guidant leur baleineau dans leur premiers mouvements est fantastique. L'objectif de l'alliance est avant tout de préserver ce spectacle intact et par la même occasion le sanctuaire naturel de cette baleine que les saint-mariens nomment Zagnaharibe (grand dieu). Un échange de liens et d'informations est prévu entre les deux partenaires ainsi que des conférences dans les hôtels HSM (L'hôtel Soanambo, le Masoandro Lodge et l'hôtel Napoléon) une veille écologique contre les differentes formes de pollution, et l'encadrement des safaris photos en bateau pour une approche en douceur des groupes de baleines.
Pour que vivent les baleines de Madagascar !

18/04/2005

Sous couvert de la science, le Japon prévoit de tuer encore plus de baleines l’année prochaine.

boucherie baleinièreFin mai 2005, en Corée du Sud, se tiendra la prochaine réunion de la Commission Baleinière Internationale. Le Japon compte y demander l’augmentation de ses quotas « d’exploitation scientifique baleinière » en Antarctique. Les 440 petits Rorquals (Balaenoptera acutorostrata) tués annuellement dans la zone ne sont pas suffisants pour le Japon qui souhaite doubler ses prises annuelles et veut également pouvoir « étudier » deux espèces supplémentaires actuellement considérées comme espèces en danger : la Baleine à bosse (Megaptera novaeangliae) et le Rorqual commun (Balaenoptera physallus).

En plus des études que le Japon prétend réaliser dans l’Antarctique, il prétend en réaliser aussi dans le Pacifique depuis 1994, où il a prélevé l’année dernière 330 Baleines dont 220 petits Rorquals (Balaenoptera acutorostrata), 50 Rorquals de Bryde (Balaenoptera edeni), 50 Rorquals de Rudolphi (Balaenoptera borealis) et 10 Cachalots (Physeter macrocephalus). Sous le motif scientifique cette chasse est en réalité commerciale, la viande de baleine est vendue très chère et les 2000 tonnes de viandes de baleines tuées annuellement finissent dans les restaurants ou supermarchés japonais.

L’ecotourisme baleinier est une alternative économique à cette chasse baleinière pourvoyeuse de revenus. Ainsi, lorsque quelqu'un participe à un Safari photo baleine dans le petit sanctuaire de Sainte Marie de Madagascar, il favorise un lobby anti-chasse baleinière qui défendra avec force le gagne pain de ses membres et par là même, l’affection réelle que nous éprouvont tous pour ce superbe animal. Pas vous ?

12/04/2005

Evolution de l'espèce

Une théorie récente fait descendre les baleines d’une espèce de mammifère terrestre vieille de plus 45 millions d’années aujourd’hui disparue. Des comparaisons de gènes de protéines de lait confirment la relation qu’il existe entre l’ordre des cétacés et certains mammifères à sabots comme les vaches, les chameaux ou les moutons. Ainsi, aujourd’hui, il semble que le plus proche parent terrestre de la baleine soit l’hippopotame. Le système digestif, nerveux et respiratoire des cétacés comporte d’importantes similitudes avec celle de mammifères terrestres. Par exemple, l’estomac « multi chambres », organe utilisé lors de la digestion des espèces ruminantes terrestres est égVue sous marine d'une baleine à bossealement présent dans le système digestif d’un nombre important de baleines. Les baleines ne sont pourtant pas ruminantes, elles n’ont donc aucune raison évidente d’avoir un tel estomac. Cet organe serait ainsi un vestige de l’évolution de l'espèce.

30/03/2005

Code d'observation des baleines

Il est crucial pour la pérennité du sanctuaire de Sainte Marie de Madagascar, que seuls les opérateurs écotouristiques accrédités soient autoriser à pratiquer les safaris d’observation des baleines en mer. Ceci afin d'éviter que les baleines ne soient dérangées et fuient l'aire de reproduction, de naissance et d'éducation qu'est Sainte Marie.
Les opérateurs accrédités respectent des règles de bonne conduite et savent établir un contact progressif et le plus pacifique possible avec les cétacés.
Mode d'approche des baleines
• La distance d'observation minimale est de 100 m pour un groupe de 1 à 3 baleines adultes et de 200 m pour une mère et un baleineau ou un groupe de plus de 4 baleines.

• Lorsque des baleines sont repérées, il ne faut pas naviguer à vitesse maximum dans leur direction. Il convient plutôt de réduire progressivement la vitesse à 5 noeuds dans la zone d’approche des 800 m jusqu'à la zone d'observation des 300 m.

• Il est important de limiter dans le temps l’observation d’un même groupe de baleines, après 30 à 60 mn d'observation, il convient de quitter le groupe. De la même manière, il ne faut pas fréquenter les mêmes sites d'observation. Un planning d'observation sera établi par le commandant du bateau.

• Pendant ou à la fin d'une période d'observation, il faut garder le moteur au neutre ou coupé tant que les baleines sont à moins de 300m.

• Il ne faut jamais couper la route de baleines en mouvement. L'approche doit se faire par le 3/4 arrière et la navigation doit s'effectuer sur un cap parallèle à celui d'un groupe de cétacés afin de rester dans le champ visuel des animaux et réduire ainsi le stress qui leur est occasionné.

• Il ne faut pas s'engager dans une zone d'observation ou plus de 2 bateaux sont présents. Lorsque plusieurs bateaux sont présents, il ne faut pas qu'ils encerclent les animaux.

• Il ne faut pas placer le bateau au milieu d'un groupe de baleines.

• Il faut éviter les changements brusques de direction du bateau et de régime du moteur à l'approche et dans la zone des 300 m.

• Il ne faut jamais séparer une baleine de son baleineau en passant ou s’arrêtant entre les deux.

• Pour des questions de sécurité évidentes, il ne faut pas s’approcher trop près d’un groupe en train de sauter.

07/03/2005

La thermorégulation des baleines

L’eau conduit la chaleur 25 fois plus vite que l’air, les déperditions de chaleur y sont donc rapides. Maintenir une température corporelle à environ 37oC représente ainsi un grand défi. Pour y arriver, les baleines se dotent à leur naissance d’une épaisse couche de graisse qui isole leurs organes internes du milieu ambiant qui est souvent très froid mais possèdent aussi un ingénieux système vasculaire de thermorégulation : le rete mirabile (« réseau admirable » en latin).
Dans les extrémités isolées comme les nageoires pectorales, dorsales et caudales, les artères sont entourées de plusieurs veines. La chaleur du sang des artères qui le conduisent depuis les organes internes vers les extrémités est récupérée par celui des veines qui conduisent le sang depuis les extrémités vers les organes internes. De cette façon, le sang qui atteint la surface du corps est déjà refroidi, ce qui limite les déperditions de la chaleur interne. Parallèlement, le sang dans les veines qui revient des capillaires de la surface du corps et qui atteint les organes est réchauffé.
Ce système est constitué d’anastomoses artério-veineuses qui sont comme des « passerelles » connectant une artère à une veine. Elles se situent dans la couche de graisse et permettent de faire passer le sang directement de l'artère à la veine, sans utiliser les capillaires situés à la surface de la peau. En utilisant ces « ponts », le sang évite ainsi les interactions thermiques avec l’environnement et donc les pertes de chaleur.

La peau des baleines

La peau est le plus grand organe des baleines. Elle est dépourvue de poils, douce au toucher et sa texture rappelle celle d’un oeuf dur sans coquille. Sous cette peau, lui donnant un aspect caoutchouteux, un manteau de graisse conserve la chaleur du corps, particulièrement vitale pour les baleines qui vivent une partie de leur vie dans les eaux glacées polaires. Pour certaines espèces, la couche peut avoir plus de 30 cm d’épaisseur à certains endroits. Etant moins dense que l’eau, cette graisse qui représente une proportion importante de l’animal, lui permet de flotter plus aisément.
Ainsi, l’épaisseur de l’hypoderme des baleines est un élément indispensable à leur survie, c’est la raison pour laquelle les baleineaux sont allaités dans des eaux chaudes pour la constitution de ce manteau qui leur sera nécessaire pour le grand retour vers les eaux glacées.
La peau des cétacés permet de recueillir des données scientifiques d’importance, l’ADN, le type d’alimentation, l’accumulation des polluants présents dans l’environnement de la baleine sont des informations qui peuvent être recueillies grâce à un minuscule morceau de peau et de gras prélevés sur l’animal de son vivant au cours d’une biopsie.